Devenez parrain/marraine d’une personne réfugié.e LGBTI et accompagnez-le/la dans un quotidien genevois sûr, accueillant et sympathique !

De plus en plus de personnes LGBTI quittent leur pays pour chercher protection ailleurs, et notamment en Europe. Mais dans ces pays d’arrivée, leur double profil de personne réfugié.e et de personne LGBTI les expose à des stigmatisations et discriminations fortes, aussi bien au sein de leur communauté d’origine que de la société d’accueil. La plupart des réfugié.es LGBTI vivent dans une insécurité constante qui les pousse à l’invisibilité et à l’auto-exclusion, créant ainsi des situations d’isolement social et émotionnel extrêmement fortes, qui les éloignent des ressources et services dont il.les pourraient bénéficier et les maintiennent dans des situations de fragilité physique, psychique et sociale.
A Genève, on estime que le nombre de personnes LGBTI arrivant chaque année se situe entre 35 et 80 personnes (entre 2 et 5% des requérant.es d’asile attribuées au canton de Genève). Nos associations LGBT locales sont évidemment des ressources et des soutiens importants pour ces personnes, mais l’accueil et les activités proposées ne suffisent pas toujours à empêcher ou rompre un isolement persistant.

Afin de pallier cette situation, nous vous proposons de devenir parrain/marraine d’un.e réfugié.e LGBTI !

  • Vous partagez des moments conviviaux (cafés, sorties, rencontres avec des ami.es, etc)
  • Vous fréquentez des lieux, des activités, des ressources genevoises (musées, balades, bibliothèques, piscines, etc selon vos goûts)
  • Vous favorisez son accueil dans la communauté LGBT genevoise (lieux LGBT, soirées, associations, etc)
  • Vous l’accompagnez, si besoin, dans des démarches du quotidien (prises de rv, explication de courriers etc)

Cet engagement requiert principalement l’envie de partager, du temps, de la curiosité et du respect.

Rencontres et activités

Les rencontres entre parrain/marraine et parrainé.e s’organisent librement en fonction des possibilités de chacun.e. La fréquence préconisée des rencontres est d’au moins une fois par semaine. Par ailleurs, il faut du temps pour établir une relation de confiance, et la durée du parrainage préconisée d’au moins 6 mois.

Vous décidez en accord avec la personne parrainé.e de ce que vous faites. Vous pouvez proposer toutes les activités, rencontres, etc que vous souhaitez. Il est d’ailleurs particulièrement conseillé d’être flexible et créatif.ve.

Le choix des activités peut impliquer une participation financière. Il n’est pas attendu de votre part que vous preniez nécessairement en charge les frais de votre parrainé.e, par contre ayez en tête que les personnes parrainé.es vivent dans des situations économiques très défavorisées. Si vous prévoyez des activités payantes, discutez à l’avance ces questions avec la personne parrainée afin d’éviter toute situation compliquée. Par ailleurs, Genève regorge d’activités gratuites, dont vous trouverez des listes sur le site de la ville : http://www.ville-geneve.ch/themes/culture/culture-toutes/

Suivi

Chaque personne parrainée bénéficie de 2 parrains/marraines. Cela ne signifie pas que vous devez faire cet accompagnement ensemble. Mais un échange entre les parrains/marraines est souhaité.
Les parrains/marraines bénéficient d’un encadrement et d’un soutien de la part de la coordination du programme. Celle-ci peut être contactée à tout moment en cas de question, de doute ou de situation problématique.

Une fois par mois a lieu une séance d’échange entre les deux accompagnant.es, la personne parrainé.e et la coordination du projet sur le déroulement du parrainage et la situation de la personne.

Limites

Les personnes réfugié.es, de par leur parcours traumatiques, les incertitudes juridiques et administratives auxquelles sont confrontées et les conditions matérielles dans lesquelles elles sont obligées de vivre, se trouvent souvent dans des situations extrêmement défavorisées. Il est important que vous soyez attentif.ves à ne pas promettre plus que vous ne pouvez donner. Y compris vis-à-vis de vous-même ; vous ne pourrez malheureusement pas résoudre tous les problèmes.

 

 

 

 

Par ailleurs, la situation de parrainage contient en soi un déséquilibre de pouvoir entre les parrains/marraines et les personnes parrainées. Il est très important d’en être conscient.es, ainsi que des rapports de dépendance qui peuvent en découler (notamment si vous décidez d’entrer en matière sur une aide financière ou hébergement).

Les relations sexuelles entre parrain/marraine et parrainé.e sont absolument interdites dans le cadre du parrainage.

Charte

  • accueillir et accompagner les réfugié.es avec respect et empathie, intérêt et compréhension
  • écouter, reconnaître et valoriser leurs expériences de vie, sans jugement
  • respecter les traditions, la culture et les croyances religieuses, et veiller à ne pas reconduire stéréotypes et discriminations en la matière
  • prendre leurs demandes et leurs besoins au sérieux
  • respecter le devoir de confidentialité vers l’extérieur
  • ne jamais entreprendre de démarches sans l’accord de la personne parrainé.e
  • être transparent.e et clair.e avec elle quant à vos possibilités d’action, à titre individuel et organisationnel. Attention à ne pas donner de faux espoir !
  • respecter vos propres ressources, limites et votre sphère privée
  • toutes les formes de violences physiques, psychiques et sexuelles, et toutes les stigmatisations et discriminations, notamment à caractère raciste et/ou de genre sont interdites et passibles de dépôt de plainte

Nous nous réjouissons de mener cette aventure avec vous.
Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter : lgbt@asile.ch